in

Les catacombes capucines de Palerme, coup de frisson au cœur de la Sicile

Les catacombes capucines de Palerme, coup de frisson au cœur de la Sicile
noté 5 - 3 votes

La ville de Palerme est réputée pour ses églises et ses rues ensoleillées. Mais c’est pourtant une attraction un peu morbide qui attire les visiteurs. Les Catacombes des Capucins abritent une collection impressionnante de 8000 corps humains plus ou moins conservés dans le temps. Alexandre Dumas, Guy de Maupassant ou encore Carlo Levi ont visité ces tombes en leur temps.

L’émergence des momies en Sicile

À la fin du XVIe siècle, en Sicile, les congrégations religieuses commencèrent à utiliser des techniques de conservation des corps pour leurs frères décédés. Les corps étaient embaumés puis enterrés dans les chambres souterraines, leur climat froid et sec était parfait pour cela. En fait, la légende raconte que l’inauguration de cette tradition fut accidentelle. Les Capucins commençant à manquer de place pour inhumer leurs morts se virent contraints de construire des catacombes. Lorsqu’ils examinèrent les corps de 45 frères capucins miraculeusement préservés dans la crypte, les moines y virent un signe divin. La coutume voulait que le mort soit conservé avec ses vêtements sacerdotaux dans des cercueils en verre. À partir de 1783, la pratique s’étendit aux familles aristocratiques qui vinrent se faire enterrer aux côtés des frères capucins. De cette manière, ils cherchaient à conserver leur prestige social dans l’au-delà. Ces familles payaient une concession pour que les corps restent exposés dans les catacombes. Les dépouilles dont on ne payait plus les frais de conservation étaient placées dans des petites niches en attendant. En temps normal les morts sont cachés aux yeux des vivants. Dans les catacombes, les morts sont exposés au grand jour dans un état de conservation qui peut mettre mal à l’aise.

Eugenio interguglielmi, domaine publique
Eugenio Interguglielmi, domaine public
Giuseppe Incorpora, domaine public
Giuseppe Incorpora, domaine public
uli, flickr
Uli/flickr
alexey dumchev, flickr
Alexey Dumchev/Flickr
catacombs, gmihail
gmihail/flickr
kapsha, flickr
Kapsha/Flickr
moi_moi_tr, flickr
moi_moi_tr/Flickr
monica forss, flickr
Monica Forss/Flickr

Rosalia Lombardo, “la beauté endormie”

L’une des dernières personnes inhumées fut une petite fille du nom de Rosalia Lombardo, décédée d’une pneumonie dans les années 1920. Son corps étonne encore aujourd’hui par son incroyable état de conservation. On la surnomme « la beauté endormie ». Cette remarquable momification est l’œuvre d’Alfredo Salafia, sans doute le chimiste et embaumeur le plus talentueux de son époque. Contrairement à la technique de momification classique, son corps n’a pas été vidé de tous ses organes. Et il s’avère que ceux-ci sont préservés en parfait état ! La petite Rosalia a été pendant quelque temps un « phénomène » internet puisqu’une vidéo virale prétendait montrer qu’elle continuait à cligner des yeux. Une polémique vite démontée par le curateur des catacombes qui a expliqué que le phénomène était produit par une illusion d’optique à cause de la lumière qui filtre à travers le cercueil en cristal. Nous voici rassurés.

sibeaster
sibeaster/wikimedia

Rosalia-Lombardo

Sources : palermocatacombs