in

Le sublime Plateau de Poutorana caché dans la taïga russe

Crédits : Wikimedia Commons

Situé dans le nord de la Sibérie, à à peine 100 km du cercle polaire, le Plateau de Poutorana a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses écosystèmes arctique et subarctique enclavés dans une chaîne de montagnes. Entre taïga, toundra, désert, fleuves et lacs, ce plateau-réserve naturelle est unique au monde et abrite de paysages magnifiques et emblématiques du nord de la Russie. Il y est aussi possible d’observer les rennes sauvages en migration, un phénomène naturel très rare.

Le Plateau de Poutorana se situe dans le nord-ouest de la Sibérie centrale. Il couvre un peu moins de 2 millions d’hectares et est presque entièrement surveillé. Le Plateau a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2010, car la zone permet la facilitation de l’observation des écosystèmes arctique et subarctique (faune et flore). L’endroit n’est pas touché par l’Homme, ce qui permet à la réserve d’être entièrement naturelle, sans être modifiée artificiellement.

Un lieu hors du commun et totalement préservé

De par sa taille immense, le Plateau du Poutorana propose des paysages extrêmement variés totalement naturels. Les caractéristiques géologiques du lieu ont permis la formation de canyons profonds avec une quantité importante de cours d’eau formant des milliers de cascades. Près de 25 000 lacs ont été comptabilisés et la plupart d’entre eux forment des fjords inédits grâce aux reliefs montagneux. La situation géographique a aussi certaines caractéristiques : situé dans une zone boréale avec un climat presque arctique, le plateau présente des forêts et des tapis de lichens inhabituels pour cette situation géographique, ce qui accentue l’originalité du lieu.

plateau poutorana
Crédits : Wikimedia Commons

L’emplacement entre deux biomes (taïga et toundra) du plateau enclenche une modification des écosystèmes avec l’apparition d’espèces plus présentes qu’elles ne devaient l’être. Le lieu est riche en espèces végétales que l’on retrouve en Arctique, mais aussi en Sibérie orientale et occidentale. Ce brassage des écosystèmes favorise la croissance de ce biome de transition et cela permet à des espèces plutôt endémiques d’une région précise de pouvoir se déplacer dans un autre environnement. De plus, ce lieu peut servir pour étudier les effets des changements climatiques sur les grands écosystèmes de l’Arctique, car le Plateau du Poutorana présente des caractéristiques similaires avec ce type de biome.

En clair, c’est un lieu inédit au monde avec des paysages typiquement sibériens sans aucune trace d’activité humaine.

Source

Vous aimerez aussi :

L’environnement unique du Parc naturel des colonnes de la Léna en Russie

Russie : Le cratère patomsky, un mystère géologique

Explorez Reed Flute Cave, une grotte féerique au sud de la Chine