in ,

Turkménistan : découvrez la “Porte de l’Enfer” en vidéo

Crédits : Wikimedia Commons

À Derweze, au Turkménistan (Asie Centrale), se trouve un cratère appelé “la Porte de l’Enfer”. En plein milieu du désert, ce site attire de nombreux curieux chaque année. Et pour cause : un brasier y brûle depuis plus de 40 ans. Étrangement, il ne s’agit pas d’un phénomène naturel, mais d’une expérience menée par les humains qui a mal tourné. Explications et images.

Du feu depuis 1971

D’apparence, on pourrait croire à un volcan en éruption, mais c’est loin d’être le cas. En 1971, des géologues soviétiques ont commencé à forer la zone pour prospecter. Cependant, ils n’avaient pas réalisé qu’ils étaient en train de percer des couches souterraines qui contiennent du gaz. Ils sont tombés sur une poche souterraine dans laquelle du matériel de forage a disparu, mais heureusement, il n’y a eu aucun blessé. En réaction, ils ont décidé de mettre le feu à ce cratère afin d’éviter les éventuels risques pour la santé des habitants aux alentours. En effet, ils avaient peur que cet immense trou émette des gaz dangereux. Ils espéraient ainsi que le feu brûle le gaz jusqu’à son extinction. Comme vous l’aurez certainement deviné, les flammes ne se sont pas éteintes depuis ce jour, malgré le fait que des experts aient tenté de l’éteindre.

Désormais, ce cratère est le symbole de la puissance turkmène : ses réserves de gaz sont en effet les quatrièmes plus denses au monde.

Un énorme cratère et des milliers de touristes

Aujourd’hui, le pays tente de transformer cette erreur scientifique en un site touristique. Pourtant, ce pays de l’ex-URSS est l’un des plus fermés au monde. Apparemment, ce n’est pas un frein pour les quelques 12 à 15 000 touristes qui viennent chaque année observer ce phénomène hors du commun.

En vidéo, observez la “Porte de l’Enfer” qui est à la fois très impressionnante et dangereuse.

Même si ce site est visité par des milliers de curieux chaque année, aucun panneau n’annonce le cratère dans le désert, et aucune barrière de sécurité ne le délimite. Si vous souhaitez observer la “Porte de l’Enfer” de vos propres yeux, il faudra donc faire appel à un guide local qui sera vous y mener. Par mesure de sécurité, ne vous approchez pas trop du bord de ce cratère, car il arrive très fréquemment que le sol s’effondre autour de celui-ci. De plus, la chaleur y est extrême, lorsque des bourrasques d’air brûlant s’en échappe, notamment en été, où la température peut atteindre les 50°C. Il faut donc être déterminé pour s’aventurer dans ce désert.

Vous aimerez aussi :

Russie : Le cratère patomsky, un mystère géologique

La péninsule du Kamchatka et son activité volcanique impressionnante

Ethiopie : Dallol, un volcan tout droit sorti d’un film de science-fiction !